GIGNAC S'EN VA POUR REVENIR

Le dernier jour du mercato estival réserve, comme à son habitude, de nombreuses surprises.

Alors que Lille enregistre les arrivées de Jelen (fin de contrat) et de Cole (prêt), les dernières heures seront tendues du côté de l’OM.

Une nouvelle fois, Gignac est au centre des débats. Arrivé sur Londres mercredi matin, l’avant centre négocie actuellement les conditions d’un prêt avec Fulham.

La crème anglaise est aujourd’hui présente dans le régime d’André Pierre Gignac.

Alors que le club phocéen semblait terminer sans frasques son mercato, la situation en attaque se réchauffe.

Absent de l’entrainement ce matin, l’ancien Toulousain se trouve en ce moment à Londres pour négocier un prêt avec le club de Fulham.

Agacés par les prestations en demi-teinte d’un joueur au salaire de 3,8 millions d’euros annuels, les dirigeants de l’OM semblent rechercher une porte de sortie temporaire pour son attaquant.

Des contacts se sont donc noués avec un des clubs de la capitale anglaise.

Loin d’être le plus huppé, le finaliste de la Ligue Europa en 2010, permet néanmoins d’offrir à Gignac un temps de jeu dans le championnat le plus relevé au monde alors que des bouts de matches contre Dijon lui semblaient destinés s’il reste sur la Canebière.

Pour corser cette affaire, Marseille souhaite lui forcer le pas afin de concrétiser la venue de son remplaçant.

Le troisième personnage de cette histoire est l’avant centre de la Juve, Amauri.

L’italo-brésilien n’est plus trop en odeur de sainteté du côté Turin alors que Deschamps aimerait bien lui présenter la Bonne Mère.

Le coach olympien, qui n’a jamais voulu de Gignac (merci José !) insiste pour faire venir en prêt un joueur qui a brillé en Italie du temps où le champion du monde 1998 entraînait la Juve André Pierre Gignac est donc confronté à un dilemme.

Lui qui affirmait vouloir réussir et s’améliorer cette année à l’OM est poussé vers la sortie.

Il pourrait tout de même refuser ce deal et démontrer à l’entrainement qu’il a sa place dans l’effectif phocéen, peu probable… Une rédemption anglaise n’est pas à exclure pour l’attaquant tricolore.

Les jurisprudences Anelka ou Piquionne démontrent que l’herbe peut être plus verte ailleurs et que les pieds peuvent devenir un peu moins carré.

Cependant, s’il ratait ses duels face aux défenseurs de Blackburn, la suite de sa carrière ne pourrait s’imaginer que dans les pays du Golfe. Quoiqu’il arrive, les dirigeants marseillais n’ont pas fait la meilleure pub pour la cure de Merano qui n’aura servie que de prétexte pour lui faire rater les deux premières journées de championnat.

undefined

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site